Lochsite Buch 2 – UNESCO-Welterbe Tektonikarena Sardona

The Glarus Thrust

From the folding to the thrust

1866 to 1884
unesco-sardona.ch

 

The double fold

1866 to 1884

Even though Murchison’ s overthrust theory was probably expressed in the spirit of Arnold Escher, Escher did not have the courage to defend it publicly. At the time, thrusts and the processes causing them were completely unknown.

Arnold Escher’s thrust line on Piz Sardona (blue) and in the Tschingelhörner, which he did not interpret as a thrust line.

This is how Arnold Escher presented his self-invented theory of the Glarus double fold in 1866. With a northern and a southern fold leg that meet approximately above the Foopass – an unfortunate “faux pas”.


The Glarus double fold according to Arnold Escher, published in Albert Heim, 1878.

At Escher’s time, it was believed that inverted rock layers were formed by recumbent folds. Such folds were explained by the shrinkage of the earth’s crust, due to its cooling.


Recumbent fold at the Klausenpass (Picture: M. Feldmann).

Albert Heim adopted Escher’s double-fold theory, which became an established dogma: “Today it has become a large number who no longer regard the Glarus double-fold as a figment of fantasy, but as a hard, indestructible step on the path to the understanding of nature”.

August Rothpletz, who argued fiercely over scientific issues with Albert Heim, described the deposits above the Lochsiten limestone as stacked normally and not as “upside down”. Such an occurrence may only be explained by an overthrust and not by folds. But his findings did not receive much attention.

Order of the sediments in one layer

normal = normal

  1. Normal for an overthrust
  2. upside-down for a recumbent fold

The Dogmatist – The Rebel

 

 

 

Le chevauchement principal de Glaris

De la découverte au plissement

1809 à 1866
unesco-sardona.ch

 

Le double pli

1866 à 1884

Bien qu’avec sa théorie du chevauchement Murchison s’exprima dans le sens d’Arnold Escher, ce dernier n’eut pas le courage de la défendre publiquement. Les chevauchements et les processus qui les entraînent étaient encore absolument inconnus à l’époque.

Dessinée par Arnold Escher, la ligne du chevauchement au Piz Sardona (bleu) et dans les Tschingelhörner ne fut par contre pas interprétée en tant que telle.

C’est ainsi qu’en 1866 Arnold Escher présenta sa théorie inventée du double pli de Glaris avec une cuisse du pli au nord et une au sud. Ces deux plis se rencontrent à peu près au-dessus du Foopass – un « faux pas » malheureux.

Le double pli de Glaris selon Arnold Escher, publié dans Albert Heim, 1878.

À l’époque d’Escher, la théorie voulait que les couches de rochers inversées aient été créées par des plis couchés. De tels plis furent interprétés par la contraction de la croûte terrestre suite à son refroidissement.

Pli couché au Klausenpass (photo : M. Feldmann).

Albert Heim reprit la théorie du double pli d’Escher qui devint ainsi un dogme bien établi : « Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui ne prennent plus le double pli de Glaris pour une fantaisie mais pour une étape indestructible sur le chemin de la compréhension des phénomènes naturels. »

August Rothpletz, qui se disputa violemment avec Albert Heim autour de sujets scientifiques, décrivit les dépôts situés au-dessus du calcaire de Lochsite comme normaux et non comme « à l’envers ». Une telle apparition ne s’expliquerait que par un chevauchement et non pas par un pli. Ses déductions n’eurent par contre que peu d’écho.

Ordre des sédiments dans une couche

normal = normal

  1. normal dans le cas d’un chevauchement
  2. à l’envers dans le cas d’un pli

 

Le dogmatique
Albert Heim

Le rebelle
August Rothpletz